Save Me if You can de Alex Camarone

Save Me if You can de Alex Camarone

Il bouleverse son univers ; elle lui permet d’échapper au sien.

Elle, c’est Louise. Elle ne jure que par les mathématiques et ne croit que ce qu’elle voit. Quand elle a commencé son job à la piscine de Bushwick – l’un des quartiers les plus dangereux de New York –, elle a pensé comme tout le monde que le type responsable de l’entretien, avec ses lunettes noires et son sweat à capuche, n’était qu’un voyou bon à attirer les ennuis. Pourtant, son intuition, elle, lui souffle de voir au-delà des apparences.
Lui, c’est Blake. Les gangs représentent son cauchemar, et la pauvreté, son quotidien. Chaque jour, le regard des autres lui rappelle d’où il vient. Mais celui de cette fille, à l’accueil, est différent… Comme si elle savait que son agressivité n’est qu’une façade. Comme si elle voyait qui il est vraiment.

Descriptif

Format : Format Kindle

Taille du fichier : 4336 KB

Nombre de pages de l’édition imprimée : 309 pages

Editeur : Harlequin (11 septembre 2019)

Poche: 308 pages

Editeur : Editions Harlequin (4 septembre 2019)

Collection : &H POCHE

Pour l’acheter c’est par ici : https://www.amazon.fr/Save-Me-You-Can-HQN-ebook/dp/B07W7SP3MK/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=2ZXCBOMXC6CYZ&keywords=save+me+if+you+can&qid=1568442629&s=digital-text&sprefix=save+me+%2Caps%2C341&sr=1-1

Pour l’acheter version papier : https://www.harlequin.fr/livre/12153/eth/save-me-if-you-can

Avis

J’ai été à la fois surprise et déçu par l’histoire de Louise et Blake. Si d’un côté ces deux héros m’ont surprise et attendris chacun avec leur caractère, elle, jeune femme assez terre-à-terre qui ne croit que ce qu’elle voit et qui ne pense qu’à ses études, mais qui voit au-delà des apparences. Lui, le mauvais garçon qui se donne un genre, mais qui au final se révèle être tous l’opposé que s’il montre de sa personne.

Déçu, car je m’attendais à avoir une belle romance entre deux personnes que tous opposent alors que nos héros ne font que se croiser sans se parler sauf vers la fin et qu’on en apprend beaucoup plus sur la belle sœur de notre héros que sur notre héros même si on découvre une facette de lui qu’on ne soupçonne pas, car j’aurais aimé que l’auteur développe bien plus la relation entre Louise et Blake, car l’épilogue nous la lance comme un cheveu sur la soupe et pour moi ça été comme si l’auteur  avait  manqué de motivation pour écrire la fin de leur histoire.

Néanmoins, l’auteur nous délivre le message qu’il faut voir au-delà des apparences, car l’habit ne fait pas le moine.

Laisser un commentaire