Outrage de Maryssa Rachel

Le roman de l’emprise. Le roman de l’injustice des sentiments. Le roman de l’amour qui s’enfuit.

 » L’amour, le seul, l’unique, celui dont on n’oubliera jamais le nom, porte les stigmates de nos plus terribles douleurs.  »

Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.

Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse,
passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce
soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble,
peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est
Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.

Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la
commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas
la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe
deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour
cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…

Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer
ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur
: le sexe.

Broché: 320 pages 
Editeur : Hugo Roman (17 août 2017) 
Format : Format Kindle 
Taille du fichier : 1089 KB 
Nombre de pages : 320 pages 
Editeur : Hugo Roman (17 août 2017)

Prix Kindle 9€99 Prix Broché 17€95 Lien d’achat

Avant de vous donner mon ressenti, sachez que ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains, c’est pour un public averti, certaines personnes qui le liront ou l’auront lu seront dégoûté, écoeuré tandis que d’autres auront l’esprit ou pas ouvert.

C’est un roman hard, très très hard, l’auteur n’y va pas par quatre-chemins et y va franco. Certaines scènes m’ont dérouté, déplu, j’ai était scotché et en même temps choqué face à des scènes que je qualifierais de terrible et d’anormale, mais en temps criant de vérité par ce qui peut arriver aux enfants. J’ai trouvé que l’héroïne était une nymphomane, il n’y a pas d’autres mots pour la décrire. Le héros, lui pour moi, c’est un pervers narcissique qui a besoin de contrôler les personnes pour obtenir ce qu’il veut.

La plume de l’auteur est brute de décoiffage, déroutante, cache, elle nous entraîne dans des contrée que beaucoup n’oseraient pas aller et nous assène par moments ce que je qualifierais de coup de massue, ce qui nous déstabilise et nous remue jusqu’au très fond de nous.

Même si cela reste une histoire fictive, ce roman est profondément psycho-noir, très sombre et brûlant de vérités. La lecture de ce roman, met tout le monde fasse à un monde inconcevable, irréel, sale et dérangeant, néanmoins nous sommes embarqués par la plume exceptionnelle de l’auteure par contre je vous avoue, c’est un roman que je ne lirais qu’une fois pas deux.

Laisser un commentaire

Fermer le menu